affiche
Il est superbe le musée Paul Valéry sur sa terrasse surplombant le Cimetière marin et la Méditerranée ! Ce mois de septembre y accueille jusqu’en janvier la donation de 515 livres pauvres par Daniel Leuwers, critique, universitaire et poète. Et le vernissage à l’extérieur dans une ambiance estivale n’avait rien de “pauvre” ! Somptueux, décontracté, on y aurait passé la journée.

musee
Daniel Leuwers est-il l’inventeur du livre pauvre ? En tout cas, il a su lui donner ses lettres de noblesse. La pauvreté du livre pauvre ne va pas de soi, car chaque auteur, chaque artiste tente de relever le défi de rendre unique et désirable un simple bout de papier. Et ça marche, ça marche tellement bien que beaucoup de monde s’est engouffré dans ce concept par facilité et opportunisme alors que Daniel Leuwers revendique une véritable pensée sur cet objet, un engagement quasi politique, “faire simple”, “faire pauvre” contre l’arrogance possessive et le fétichisme bibliophilique qui marque souvent une revendication de statut social. Démarche que Scanreigh a fait sienne depuis longtemps avec ses livres d’artistes qu’il qualifie de “bibliophilie de poche”.

affiche
affiche
La donation : 515 livres pauvres. Parmi les auteurs et les artistes contemporains, nombreux sont ceux qui se sont associés au projet initié par Daniel Leuwers :
Auteurs : Michel Butor, Pierre Bergounioux, Zéno Bianu, Michel Deguy, Pierre Dhainaut, Jean Joubert, Nuno Júdice, Gilbert Lascault, Cédric Lerible, Werner Lambersy, Salah Stétié, Frédéric-Jacques Temple.
Artistes : Jean Anguera, Jean-Gilles Badaire, Georges Badin, Pierre Dubrunquez, Rachid Koraïchi, Henri Maccheroni, Jean-Michel Marchetti, Stéphane Quoniam, Jean-Marc Scanreigh.

affiche
Musée Paul Valéry
148, rue François Desnoyer – 34200 Sète - 04 99 04 76 16
Exposition 22 septembre 2017 au 7 janvier 2018
Trois ouvrages consacrés à ce qu’a initié Daniel Leuwers : Le catalogue de l’exposition édité par le musée : Le Livre pauvre autour de Paul Valery, 2017.
Chez Gallimard deux gros livres, l’un edité en 2008 et dejà présenté ici
et le second : Les très riches heures du Livre pauvre, Gallimard, 2011.