Sans doute la 11e exposition chez François Jerôme Finas Audin et toujours le plaisir de renouer avec Lyon. Cette fois-ci, Scanreigh a rempli un mur avec la série des ardoises commencée en 2016 (s’agissant des huiles car des gouaches sur ardoises il y en a déjà eu en 2002 et d’inspiration érotique de surcroît). Pour faire contrepoint aux ardoises il a rempli un autre mur avec une grande bâche de 170 x 210 cm, une hérésie pour l’espace de l’Antilope plutôt habituée aux œuvres sur papier, mais François-Jérôme a accordé sans problème une dérogation.

invit