micro Vernissage et feria des vendanges = joyeux mélange festif. Mélange aussi sur les murs entre dessin, peinture… et époques différentes. Sur l’imposante cheminée de la salle et latéralement des œuvres de 1991 font contrepoint aux œuvres de la décennie suivante. Et partout des collages qui ne sont jamais une fin en soi mais plutôt un auxiliaire de création. Des collages qui structurent la surface, juxtaposent des textures ou au contraire les laissent se phagocyter entre elles. Ne reste que des fragments d’anciennes estampes, de pages de livres d’artiste, de vieux livres de comptes ou de pages de cours comme citations et autocitations. Jeu ? Béquille ? Théorie ? La réponse tient aussi du collage et de l’enchevêtrement, de l’intention capricieuse de l’artiste et de l’œil non moins particulier du spectateur.

colet
Colette Girod, l’infatigable chroniqueuse videaste de la vie culturelle nîmoise.

alain