dessin

Le fond noir leur vaut le qualificatif de « dessins noirs » alors qu’il s’agit de dessins en couleurs !
On dit parfois de Scanreigh qu’il use et abuse des couleurs mais il y chez lui une permanence du noir qui s’est manifestée lorsqu’il a mis les mains dans le cambouis de la gravure, de l’estampe en général qui accompagne son évolution vers le figuratif. Noir de la linogravure, des bois gravés et des premières lithos (charbonneuses) en 1983. Le fond blanc n’y fait rien, ce sont des œuvres noires.

De vrais fonds noirs existent aussi pour des estampes comme celle-ci réalisée en 1989 avec Item-éditions. Il s’agit d’un bois gravé sur Japon noir (97x63 cm) tiré à 30 exemplaires (+ 4 épreuves d’artiste)

estampe

Ou bien encore ces bois gravés de 1992 (41x 29 cm) édités par Scanreigh.

estampe

Ce qui distingue les dessins sur fond noir de 2011 et 2012, outre leur systématicité, c’est cette tension particulière entre la vivacité des crayons de couleur et l’obscurité du fond qui les pompent littéralement. Les crayons qu’utilise Scanreigh sont d’une pigmentation exceptionnelle, il faut ça pour arriver à remonter le dessin vers la surface. Parfois il faut neutraliser le fond avec des lavis. C’est ce qui fait le charme de ces dessins qui luttent pour ne pas être enterrés. De ce fait ils ne sont pas faciles à photographier. Plus que d’autres, ces dessins demandent à être vus en  vrai. Ils revendiquent leur statut d’original.

dessin