Écrire sur le catalogue des œuvres de Picasso établi par Christian Zervos a occupé une part de mon mois d’août 2005. Puis, plus de nouvelles du commanditaire de l’article, la revue ”Gryphe”. Pour tout dire, on n’y croyait plus. L’article était-il oublié ou banni au fond d’un tiroir ? Non. C’est sans doute méconnaître les contraintes des publications institutionnelles qui doivent composer avec leur tutelle (enfin, je suppose). En l’occurrence, c’est la bibliothèque de Lyon qui édite. Et Gryphe, c’est du véritable contenu, pas de la poudre de com aux yeux : du fond au service du fonds. Celui de la bibliothèque de Lyon – des trésors ! – a de quoi remplir des siècles de revues !
gryphe
Gérard Corneloup ayant à cœur de de ne pas oublier le patrimoine plus moderne, avait demandé un jour à Scanreigh s’il avait une idée de texte répondant à ce souci. S’il y a un domaine où Scan est “pointu”, c’est bien sur Picasso. Ayant consulté souvent pour lui-même les nombreux volumes du Zervos de la bibliothèque de Lyon, il a proposé ce catalogue comme sujet d’article. Et il m’est revenu de mettre en musique les brouillons et réflexions de Scanreigh sans y ajouter grand chose d’ailleurs car ma science perso est trop courte sur le sujet. Il faut préciser que Gryphe n’est pas une revue pour rats de bibliothèque mais s’adresse à un large public.
Le voilà donc l’article Plaisir du Zervos, notre troisième texte en provenance de la galaxie Picasso… avec une mise à jour judicieusement faite par la revue. En 2005, nous faisions allusion à l’enlisement d’un projet de Musée Zervos à Vezelay, musée, qui finalement et heureusement a été inauguré le 16 mars 2006.
Autre chose : j’aime bien le titre de la revue Gryphe, une complication graphique pour une simplicité phonétique qui fait parfaitement symbole pour une bibliothèque qui conjugue érudition et vulgarisation, sans oublier, dans le cas précis, l’évidente référence au “prince des libraires lyonnais”, Sébastien Gryphe.