ocoxoKiosques à fleurs impressionnistes, frondaisons amples et majestueuses, que dire d’autre ?… la Librairie des Nouveautés avait tellement réussi son ancienneté place Bellecour que l’éternité lui semblait acquise.
En 1983, elle était là — toujours là au printemps 2007 — c’est nous qui passions, même si notre passage à Lyon a duré 24 ans, même si les enfants ne trouvent plus à Bellecour leurs désuètes petites voitures à moteur, même si quelques arbres y ont rendu feuilles et sève.
Pour laisser les Nouveautés un peu trop à découvert ?



nouveautes
PHOTO : Anne-Sophie ZIKA
Les rendez-vous ont continué, fin de journées sans façons, avec verres à boire (pas de la piquette !), là où bien des livres y étaient de catégorie “introuvables” Est-ce (entre autres) parce que Internet a aboli cette catégorie que M.Bouvier ferme ? Que Claude ne décryptera plus au quart de tour votre question sur un auteur dont vous écorchez le patronyme et ignorez l’éditeur ? Avec la fermeture des Nouveautés disparaît aussi un lieu d’accueil pour l’édition marginale.
Scanreigh y a signé En jaune et bleu, livre-éventail fait avec René Witold (30 exemplaires !).
ocoxo Il y a dix ans, il y présentait sa “bibliophilie de poche”. Un de nos bons et derniers souvenirs, c’est Truphémus et Hervé Bauer qui signaient “à quatre mains”, si on peut dire, leur livre Piéton. Avec Hervé Bauer , fidèle du lieu s’il en est, nous aurions pu exposer par exemple Jalouse Pratique, notre petite revue de poésie que nous avons fait vivre de 1993 à 1995. Trouver un prétexte pour une vitrine, une signature, un rendez-vous au milieu des piles et le verre en guise d’apéro et resto à la suite. Sans jamais penser que ça ne pourrait plus se faire .