telerama Dossier sur le dessin dans le dernier Télérama de janvier 2006 nº 2923. J’avais des échos, Catherine Firmin-Didot était venue enquêter à Nîmes, l’école des Beaux-Arts ayant fait du dessin son étendard. Elle cite deux fois des propos de Scanreigh où je ne reconnais pas tellement sa manière de parler. Ça surtout : “Constamment des excroissances viennent se coller sur le grand ensemble des beaux-arts et le modifie, évitant les dégénérescences de consanguinité”.
En revanche, quand elle dit que “certains” invoquent “Drawing Now” l’expo de New York de 2002, j’entends cert-un, tellement Scanreigh a martelé à qui voulait bien l’entendre l’existence de ce retour en grâce américain du dessin.
Télérama joue parfaitement la symbiose avec le net en renvoyant le lecteur de l’article sur son site pour voir une vidéo de l’excellent Emmanuel Guibert. Au détour de ses phrases, Guibert donne de jolies et très justes définitions du dessin :
“adjuvant de vie”— “discipline de bodybuilding “— “savoir où en est”— “alibi pour vivre mieux”—”être plus attentif”— “mieux vieillir”
Dessinant dans le métro il parle des voyageurs qui se lèvent et “emportent leur visage”
L’autre ne sait pas assez combien il donne et reprend son image.