Après le réveillon, je dessine en somnolant à partir d’une gravure de Sebald Beham que les spécialistes ne confondent pas avec Barthel Beham son frère. On sait de Sebald qu’il tenait une taverne et menait une existence tumultueuse. Je m’interesse surtout à la main du paysan qui semble se saisir du … coin déchiré de la feuille.
Sur cette époque, je conseille Peintres et vilains de Maurice Pianzola, aujourd’hui réédité aux Presses du réel(diffusion Hazan).