sardet placard avec Daniel Sardet
Au début des 80, je me suis passionné pour les techniques d’impression. Je me suis lancé dans la lithographie à l’atelier URDLA, j’ai fait de la gravure sur bois et sur linoléum à l’atelier ALMA, de la sérigraphie, de la taille douce, de la sérigraphie, et Michel Bertrand m’a incité à faire de la phototypie chez Item à Paris. Depuis une douzaine d’années, je me suis fait une spécialité que j’appelle placard. Je n’ai rien inventé, le placard est né avec l’imprimerie pour être “placardé” sur la porte des églises et les édifices publics, autant pour informer que pour endoctriner. J’aime bien cette appelletion triviale (toujours vivante par la pub) pour ce genre d’estampe que je fais avec les auteurs et les poètes qui veulent bien se prêter au jeu. gavronsky La complicité autour du placard a conduit assez naturellement à la création de livres d’artiste que je fais dans le même esprit. Dans les deux cas, on retrouve l’arsenal technique de l’estampe et celui de l’édition dans sa forme classique, la typographie au plomb ou plus moderne, l’infographie. Depuis le premier duo avec l’auteur lyonnais Hervé Bauer, une trentaine d’écrivains se sont prêtés à l’exercice pour produire à ce jour environ 150 placards à la double signature dont Jacques Jouet, Daniel Sardet, Gilbert Lascault, René Belletto, Bruno Duborgel, Antoine Emaz, Serge Gavronsky (ci-contre), Lionel Bourg, Michel Butor et plus récemment André Spears
bourg
placard avec Lionel Bourg
duborgel
placard avec Bruno Duborgel