Scanreigh et Biver

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi, novembre 2 2013

Exposition "Stations du noir" à Chalon-sur-Saône

Pour Scanreigh il s’agit d’un retour à la Chapelle du Carmel après ”Légendaires” en 2006.

Pour cette fin d’année 2013, l’exposition à Chalon se présente dans une tonalité plus grave qui joue avec l’ancienne vocation cultuelle du lieu … et avec un regard distancié pour la dévotion propre aux rassemblements ritualisés de l’art.

Trois approches dans ces stations du noir, tout d’abord une série de matrices gravées, ces planches qui servent d’habitude à imprimer les estampes.

bois

Ce sont aussi ces panneaux sinuants plantés dans l’espace. À peine plus hauts que la taille humaine, ils invitent à la déambulation et au stationnement.

Bambou

Ils entretiennent, tout comme les grands dessins sur fond noir un rapport imaginatif et combatif avec l’obscurité. La couleur dans cette exposition doit lutter pour permettre aux formes de se révéler. Victoire sur les ténèbres qui peut en rappeler d’autres… le pathos en moins…

dessins

ART IMAGE présente cette exposition STATIONS DU NOIR dans le cadre des Rendez-vous du Carmel de Chalon-sur-Saône avec l’aide du Grand Chalon et du Conseil régional de Bourgogne

Vernissage mardi 12 novembre à partir de 18 h 30

Exposition du 10 novembre au 7 décembre 2013
tous les jours sauf mardi de 14 h à 18 h

Chapelle du Carmel
16 Rue de la Motte
71100 Chalon-sur-Saône

Le clavecin unique de Jean Bauer

Les trajectoires amicales ont parfois de surprenants aboutissements. Celle de Scanreigh avec Jean Bauer a pris la forme d’un instrument de musique. Il y eut d’étranges prémices à cette histoire comme lors de cette performance de Scanreigh en 1975. C’était devant le public de la galerie ”La Main Bleue” à Strasbourg. Au rythme de la musique, Scanreigh couvrait d’empreintes des feuilles de papier à l’aide d’un tampon sonorisé. Dans le public, il y avait Jean Bauer et sa femme Rozenn, collectionneurs militants du jeune artiste. Après Strasbourg, les chemins de chacun ont fait de grands méandres via l’Afrique et des villes aussi opposées sur la carte de France que Lyon et Bordeaux. Scanreigh n’a même pas su que Jean avait acheté un clavecin en kit (une synthèse de trois facteurs français du XVIIIe siècle, Taskin, Blanchet et Hemsch conçu par Hubert Bédard ) et qu’il s’était mis à l’assembler avec une patience d’entomologiste.
En 2006, Jean Bauer propose à Scanreigh de faire un décor pour l’intérieur du couvercle de l’instrument. Ce qui fut fait.

clavecin

Puis les années se sont enchainées pendant lesquelles l’assemblage se poursuivait ainsi que les innombrables réglages nécessaires pour faire accéder l’objet au rang d’instrument de musique.



clavecin

Parcours semé d’embûches mais passionnant pour le musicologue, musicien et ancien professeur de musique qu’est Jean Bauer.

clavecin

2013 est l’année de l’aboutissement. Non seulement l’instrument est parfaitement « jouable » mais il est aussi « présentable » peint des pieds à la tête par les soins de l’instrumentiste qui a assorti le coffre du clavecin au décor intérieur du couvercle. Pour entendre le créateur et sa créature, il fallait être à l’inauguration à la galerie MLS de Bordeaux le samedi 19 octobre 2013
… en attendant la suite !

ICI DANS ÇA de Mathieu Brosseau

brosseau Dessin pour la couverture du livre de Mathieu Brosseau, ICI DANS ÇA publié au Castor Astral.
Sophie Nauleau en a parlé dans son émission ”Ça rime à quoi” sur France Culture.
brosseau

vendredi, septembre 13 2013

Vernissage Daudet, Nîmes, (suite)

micro Vernissage et feria des vendanges = joyeux mélange festif. Mélange aussi sur les murs entre dessin, peinture… et époques différentes. Sur l’imposante cheminée de la salle et latéralement des œuvres de 1991 font contrepoint aux œuvres de la décennie suivante. Et partout des collages qui ne sont jamais une fin en soi mais plutôt un auxiliaire de création. Des collages qui structurent la surface, juxtaposent des textures ou au contraire les laissent se phagocyter entre elles. Ne reste que des fragments d’anciennes estampes, de pages de livres d’artiste, de vieux livres de comptes ou de pages de cours comme citations et autocitations. Jeu ? Béquille ? Théorie ? La réponse tient aussi du collage et de l’enchevêtrement, de l’intention capricieuse de l’artiste et de l’œil non moins particulier du spectateur.

colet
Colette Girod, l’infatigable chroniqueuse videaste de la vie culturelle nîmoise.

alain

mercredi, septembre 11 2013

Collé !!!

C’est une exposition de peintures et de dessins “avec collages” qui se tient dans la belle salle d’exposition du lycée Daudet à Nîmes. L’établissement avant de devenir ce qu’il est a connu de nombreux réaménagements et affectations. Il est en partie classé monument historique.

Exposition Scanreigh
du 12 septembre au 10 octobre 2013
Lycée Alphonse Daudet
3, bvd Victor Hugo
30000 Nîmes
04 66 36 34 34
Vernissage le jeudi 12 septembre à 18 heures

ombre
Pendant l’installation de l’exposition…
cheminée

mercredi, avril 10 2013

Vernissage Galerie Elizabeth Couturier Lyon (suite)

vernEC
VEC
VEC
VEC

vendredi, mars 8 2013

Exposition à la galerie Elizabeth Couturier, Lyon

tondo
Vernissage le jeudi 21 mars à partir de 18 h
Exposition du 21 mars au 4 mai 2013
GALERIE ELIZABETH COUTURIER
25 rue Burdeau - 69001 LYON
+ 33 (0) 427 78 82 32
contact@galerie-elizabethcouturier.com

dj Comme pour entretenir une tradition, il y aura pour titiller les sens du visiteur des dj sets de musique baroque et classique par Gregory Cervello et de Guillaume Dorson (Cabaret Contemporain, Paris).
2013

bache
A bientôt !
—————————————————————

mardi, février 19 2013

Dessins chomskiens

008
En triant des papiers j’ai retrouvé les restes d’un cours de linguistique avec des « arbres de Chomsky ». Ce sont des analyses de phrases sur un mode arborescent, phrases souvent complexes s’étalant en larges panoramiques sur plusieurs pages. Tout ça remonte à mes études dans les années 70. J’utilisais un papier très léger sur lequel j’écrivais à l’encre rouge. C’est sans doute l’aspect cabalistique assez joli du résultat qui vaut à ces pages d’avoir échappé à la poubelle jusqu’à aujourd’hui. Devant un tel record de survie je ne peux décemment plus les exterminer. Pourquoi pas alors — vu le contexte ambiant — leur réserver un recyclage artistique. Voici donc mes « arbres » marouflés sur du papier dessin et invités au dialogue avec l’univers plastique de Scanreigh. D’un langage à l’autre… Qu’en dirait maître Chomsky ? À l’époque où je m’appliquais à appliquer sa science, j’ignorais son radicalisme politique ; j’ai découvert la diversification de son intellect bien plus tard. Finalement, mes « arbres de Chomsky » transmutés en œuvres graphiques c’est éminemment chomskien !
007
detail4
detail1
detail2
Il existe 5 dessins de cette série :
2 au format 40x30 (50x40) cm ; 1 au format 32x22 (40x30) cm ; 1 au format 59x44 sans marges et 1 au format 31x79,3 cm sur un aggloméré de bois fixé sur chassis

mardi, janvier 1 2013

1er Janvier 2013

Les heureux destinataires de ma carte de vœux à paillettes en reconnaitront un fragment dans ce dessin intitulé “Treize”…

des

(62x47 cm, crayons de couleur et gouache sur Canson mi-teinte Touch … vraiment excellent !!!)

samedi, novembre 10 2012

Trio de fin l'année 2012

Trois rendez-vous pour finir l’année, un strasbourgeois, un berjalien et un parisien.
Tout d’abord ST’ART 2012 à Strasbourg avec la galerie Elizabeth Couturier qui me présente à la 17e édition de cette foire internationale, parait-il la deuxième plus ancienne foire d’art contemporain de France…  et pour moi une occasion de revenir en terre connue.
Ensuite la galerie présentera de 2 au 21 décembre 2012 une série de mes récentes peintures à Bourgoin-Jallieu.
Le finissage de l’année se fera à Paris où je participe à l’exposition collective qu’organise Patrick Chaurin au Cabinet d’Amateur.

pales
jour
parmelin

ST’ART 2012 - 17e édition
Galerie Elizabeth Couturier
23 au 26 novembre 2012
Vernissage jeudi 22 novembre
Parc des expositions du Wacken, Strasbourg

Scanreigh Peintures
Galerie Elizabeth Couturier
3 au 21 décembre 2012
Espaces d’exposition du Théâtre Jean-Vilar
38300 Bourgouin Jallieu

Collectiv’ Strip-teases
Le Cabinet d’amateur
29 novembre - 30 décembre 2012
Vernissage jeudi 29 novembre, 18 h
12 rue de la Forge Royale, 75011 Paris

————————————————————————————————

jeudi, novembre 1 2012

Atelier d'automne

atelier

atelier2

lundi, septembre 24 2012

ART ON PAPER Salon de dessin à Bruxelles

Salon du dessin contemporain à Bruxelles du 4 au 7 octobre 2012

dessin
Mon arbre, 50 x 29,5 cm, gouache, crayons de couleur sur Canson noir, 2011

ART ON PAPER - THE BRUSSELS CONTEMPORARY DRAWING FAIR
4/7 octobre 2012 — White Hotel
Avenue Louise 212
1050 Bruxelles
Affranchi de son lien avec Art Brussels et délaissant volontairement le volet photographique le salon ART ON PAPER 2012 est désormais un événement international indépendant entièrement voué au dessin.
Il s’inspire de son homologue parisien « Drawing Now » tout en se distinguant par son esprit convivial et intimiste. C’est en effet dans l’espace de l’hotel bruxellois White Hotel que se tient l’événement ; chacune des quarante galeries participantes y accueille les visiteurs dans une chambre reconvertie en stand d’exposition.
La galerie Elizabeth Couturier y est présente avec :
BOISROND - KLASEN - SCANREIGH – YVER
… avec pour Scanreigh des dessins appartenant à des registres très différents :
– des dessins “sobres” à l’encre de chine et à la sanguine
– des dessins “noirs” aux crayons de couleur sur papier noir
– et quelques dessins de la série “Squiggle”
– des carnets de dessins

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Peintures 2012

marcheur
tard Ces derniers mois les travaux sur papier ont eu tendance à éclipser la production picturale, voici donc quelques toiles de cette année  :

carte

ensemble

de haut en bas :
Le marcheur, huile sur toile, 80x80cm, 2012
Tard il discute, huile sur toile 81x60 cm, 2012
La carte, huile sur toile 55x56 cm, 2012
Faire ensemble, huile sur toile 65x100 cm, 2012

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

jeudi, août 30 2012

Un dessin de Sempé… comme ça en passant

Sempé nous a déjà fait le coup de la vitrine du libraire avec ses bouquins à bandeaux où figure en gros caractères le nom de l’auteur, rien que le patronyme, le dernier « untel » à connaître (acheter) pour briller en ville. Par ce temps de rentrée littéraire, Sempé nous remet ça dans le dernier Paris-Match (30/08-05/09/12), un dessin qui épingle les nouveautés de l’édition, les signatures avidement tournées vers le soleil de la notoriété. L’image suffirait à faire sourire si un œil plus attentif ne détectait plus drôle encore.

sempe

Parmi les livres promus figure la correspondance amoureuse d’un certain Victor Hugo bardée d’un laconique « Victor ». Qui a pondu ce « Victor » volontaire ou involontaire ? Un naïf distrait, un gaffeur inculte qui ne sait plus qui est Victor Hugo ou au contraire un inconditionnel raide dingue du monument de la littérature française et qui n’imagine pas une correspondance amoureuse autrement qu’à travers des prénoms – l’affectueux « Victor » rejoignant la coquetterie de l’historien qui parfois écrit « Piero » ou « Leonardo » quand il décortique à la dure du della Francesca ou du da Vinci. À moins que l’affichage délibéré du prénom de l’auteur soit devenu le seul recours pour distinguer la valeur sûre de la fausse-monnaie des prétentions vouées tôt ou tard à l’anonymat. Ça, c’est la version subtile pour lecteurs de Télérama qui ont leur coupe-file aux expos et leur carte de bibliothèque en poche, la version plus prosaïque relève du marketing pur et dur, fier d’aligner la culture littéraire sur la culture d’entreprise où le subordonné très souvent n’a d’existence qu’à travers son prénom ; ainsi aurez-vous affaire à « Victor » comme à « Alexia » du SAV de votre portable… dans un monde définitivement « sympa » … et croulant de vulgarité et de mépris.

Notre opus sempéen est un bel exemple d’humour à détente multiple et qui résume formidablement ce qu’est l’art quand il est de l’art. Et c’est là où je voulais en venir : on peut en apprécier un début, une partie sans aller au bout, on peut y entrer par une porte ou plusieurs, toutes valables et ne s’excluant pas. De l’art aussi pour sa complexité qui ne se montre pas, ne se voit pas.
Sempé dessine aussi bien qu’il pense, pense aussi bien qu’il dessine… un artiste… mais on le savait déjà.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

mercredi, juillet 25 2012

Small is beautiful 2 à Paris - Le cabinet d'amateur

Petits formats en tous genres et compatibles avec l’humeur de la rentrée. Quoi ? La rentrée, oui ! Et prière de ne pas se faire piéger par la fermeture d’été du Cabinet d’amateur : 30 juillet au 26 août 2012.
À inscrire sur vos tablettes !
L’expression qui renvoie au temps antiques où l’on écrivait sur des tablettes enduites de cire – à moins que ça ne remonte à l’écriture cunéiforme –, oui, l’expression a pris une résonance vraiment particulière à l’heure des Ipods et Ipads…
Rendez vous donc en septembre pour cette expo collective de petits formats

small
4 dessins de 2012 ; 15x10cm, encre de chine et crayons de couleurs sur Arches

Small is beautiful (Two)

Vernissage le jeudi 6 septembre, ouverture des portes à 18 heures
Exposition du 6 au 30 septembre 2012

Le cabinet d’amateur
12 rue de la Forge Royale 75011 Paris
du mardi au samedi de 14 heures à 19 heures
le dimanche de 14 heures à 17 heures

Arnaud Boisramé / Cathy Burghi / Fred Calmets / Patricia Erbelding / Loïc Faujour / Joanna Flatau / F’murrr / Danièle Gibrat / Patrick Jannin / Pole Ka / Éléonore Lebidois / Fred Le Chevalier / Hélène Lhote / Tristan des Limbes / Paul Martin / Mr. Lolo / Ricardo Mosner / Muzo / Paella / Simon Pradinas / Rubbish / Jean-Marc Scanreigh / Tony Soulié / Rafael Suriani / Anne Van der Linden / Pascal Vochelet / …

mercredi, avril 11 2012

"Cassini", exposition de dessins à la galerie l'Antilope à Lyon

cassini Traditionnel rendez-vous dans le 6e arrondissement à Lyon. Ambiance printanière et “ovale” pour l’exposition à la galerie l‘Antilope. L’intimité de la « galerie de poche » de François-Jérome Finas-Audin appelle-elle à ce point la réminiscence des portraits sépia de nos ancêtres au dessus du bahut ? Pas du tout. La référence va aux trajectoires elliptiques des objets célestes, à la forme qui a fait cogiter l’astronome Cassini, Jean Dominique, faut-il préciser, car la dynastie des Cassini s’étale sur plusieurs générations de « têtes d’œuf ». L’ovale qui a fait date dans l’histoire des maths, a y regarder de près, ressemble davantage à une paire de lunettes psychédélique qu’à l’ovale « oldy » qui auréolait nos aïeux moustachus dans leur cadre, car l’objet tout comme la forme des toiles de la présente exposition ne sont pas ce que d’un point de vue étymologique on appelle des « ovales » … d’après la forme de l’œuf, ovoïde non symétrique s’il en est et qui n’est pas l’ovale des mathématiques, courbe plane fermée à deux axes de symétrie. Voilà. Et après ?

cassini cassini


cassini

Dans cette science des formes, il se trouve que le savant qui s’est coltiné les formules porte un nom qui sonne bien. Raison suffisante pour baptiser une série de tableaux ! Et qui peut nier que la navigation dans l’approximatif des mots et des significations est aussi une des caractéristiques de l’art…  une parmi d’autres…  qui fait bien la marque de fabrique de Scanreigh qui s’impose à lui-même (et au spectateur) du grand vent sémantique qui fait s’agripper aux branches. Tellement que ça valse dans tous les sens. Au fait les trajectoires dessinées par le célèbre pas de danse, c’est quoi au juste ? Kubrick…  Johann Strauss…  ça ne vous rappelle rien ?

cassini
A préciser qu’il s’agit de dessins sur fond de collages, contrecollés sur toile.
Technique : crayons, sanguine, gouaches, encres
Dimensions :
20x30 cm ; 30x40 cm ; 40x50 cm et un seul dessin de 50x60 cm

cassini

“Cassini”
Galerie l’Antilope
99 rue Bossuet, 69006 LYON
Lundi - samedi : 14h -19 h
Le samedi sur rendez-vous. tel 04 78 42 50 61
lantilope@wanadoo.fr

samedi, mars 24 2012

Au revers et à l'endroit, expo au Musée Paul Dini, Villefranche-sur-Saone

Le Musée Paul Dini de Villefranche veut partager avec le public ce qui est le privilège des ateliers (et des réserves de musée) : l’envers des œuvres ! On trouve de tout sur ces envers, secrets de fabrication, traces de repentir, œuvres sacrifiées et retournées, notations hors sujet et anecdotiques… mais parlantes. Je suis moi-même parfois étonné de ce que je retrouve à l’envers de mes tableaux.

expo (photo L.Peyron)

Pour l’exposition qui vient d’être inaugurée, ce sont mes totems et une « palette » qui sont à l’honneur. Quoi de mieux que les fentes d’une “palette” pour suggérer le regard de par derrière la palissade. Quant aux totems, il ont été conçus d’emblée recto-verso sans aucune préméditation du thème de cette exposition qui, je dois dire, leur va comme un gant. Il y en même un qui fait du zèle, en se dédoublant et en offrant une vue intercalaire.
Merci au photographe Louis Peyron pour les photos et à Paul Dini …  pour s’être prêté à ce portrait facétieux.

dini (photo L.Peyron)

Pour jouer le jeu de la “révélation” jusqu’au bout, voici l’envers du totem derrière lequel se tient Paul Dini.

totem (photo : musée P.Dini)

Au revers et à l’endroit
samedi 24 mars 2012 - dimanche 16 septembre 2012
Le musée de Villefranche-sur-Saône créé en 1860 a retrouvé un second souffle en 2001 grâce aux donations du collectionneur d’art Paul Dini. Près de 700 oeuvres retracent l’histoire de la vie artistique de la région depuis le préimpressionnisme jusqu’à la période contemporaine.

mercredi, mars 21 2012

Catalogue pour Chic Dessin

Cat dessin

Le catalogue qui accompagne la présentation de mes dessins récents (ici et ici) au prochain Salon Chic Dessin à la fin du mois vient de sortir.
L’année dernière, le dessin a pris plus de place que la peinture parce que ce travail était plus compatible avec la préparation de l’exposition à Carré d’Art. Je suis content que ce travail soit “entériné” dans un catalogue. Elizabeth Couturier y a ajouté une courte préface où elle dit son privilège de pouvoir regarder et manipuler des œuvres qui est son plaisir de galeriste.

Scanreigh, Dessins
édition Galerie Elizabeth Couturier
21x21cm, 16 p, 18 ill., 300 ex.
Vingt exemplaires accompagnés d’un dessin signé et daté par J.-M. S. constituent l’édition de tête.

Le regard de Nancy Houston sur Paula Rego

rego art Nous aurions pu en parler dans ce blog à l’époque. Nancy Houston dans Libé ce lundi 17/03/12 me culpabilise un peu en me rappelant l’exposition Paula Rego à Nîmes en 2008. Elle termine son article sur cet appel vibrant  :

« soyez en avance sur les professionnels ; expliquez-leur qu’une grande rétrospective Paula Rego au centre Pompidou ou au musée d’Art moderne de la Ville de Paris est une nécessité absolue, et que vous n’en démordrez pas avant de la savoir programmée. »

rego expo

Nous étions « en avance » et je n’y suis pas complètement étranger. J’ai pour ma part découvert Rego à la Foire de Bâle au début des années 2000. Attirant l’attention du directeur de l’école des Beaux-Arts de Nîmes, Dominique Gutherz, sur ce travail, j’apprends qu’il a lui aussi eu l’occasion d’apprécier un dessin de l’artiste chez son ami Yves Bonnefoy. A notre convergence de vue se greffe ensuite le hasard d’une judicieuse rencontre selon l’adage « the right man at the right place » qui fait le reste. En 2008 une exposition des travaux graphiques de Paula Rego est inaugurée dans les belles salles d’exposition de l’école. Une sorte de première en France. Paula Rego a fait le déplacement. Philippe Dagen a consacré un article dans le Monde et un article signé Jérôme Lebrun et Thérèse Moro est paru dans Artpress.

rego scan

Nancy Houston cherche à comprendre ce qui fait obstacle au manque de visibilité de Rego en France. Il y a les thèmes dérangeants de l’avortement, du trafic sexuel des jeunes femmes, l’excision peu abordés dans la tradition picturale occidentale mais le problème majeur selon elle c’est la “narrativité” des œuvres :

« L’artiste dialogue en permanence avec la littérature : romans du XIXe siècle, nursery rhymes, contes de fée, Evangiles, films de Disney, pièces de théâtre contemporaines (dont les Bonnes de Genet), Métamorphose de Kafka ou encore l’histoire de sa propre vie. »

Bien trop de narration pour la domination formaliste pure et dure des faiseurs d’opinion, et trop d’émotion… en tout cas pas la bonne.

« En effet, tout comme «narratif» est devenu synonyme d’«anecdotique», «émouvant» est de nos jours vite ramené à «mièvre», assimilé à la faiblesse et à la féminité. C’est pourquoi bien des artistes femmes qui se veulent «branchées» s’acharnent, parfois même plus radicalement que les hommes, à faire de la peinture «conceptuelle et politique» et à extirper de leur travail tout ce qui pourrait ressembler à une émotion. Rego ne le fait pas ; sa peinture s’adresse à nos tripes bien davantage qu’à nos méninges, et c’est ce qu’on ne lui pardonne pas. »

mercredi, février 29 2012

CHIC DESSIN, Paris 2012

Troisième édition du Salon Chic Dessin à Paris … et deuxième participation pour moi ! C’est la galerie Elizabeth Couturier désormais installée rue Burdeau à Lyon qui me présente à nouveau. Et elle édite un catalogue à cette occasion.

des noir
Jean-Marie et Elizabeth Couturier ont choisi pour le salon un ensemble récent sur papier noir. Egalement de grands dessins dans la veine de ceux qu’ils ont montrés l’année dernière.
Deux d’entre eux font écho à la série des “Tocades hommage à l’art des autres” commencée en 2005. Hommage à Picasso — un de plus ! — qui intègre sans grande discrétion la couverture d’un recueil publié par Skira en 1948 au sortir de la guerre, et préfacé par Tristan Tzara. Pour ce collage je me suis permis de sacrifier un doublon de ma pléthorique bibliothèque picassienne.

picasso
Le second dessin joue plus finement avec une vraie fausse gravure de Picasso, vraie parce qu’il s’agit d’une vraie eau-forte tirée sur Japon, fausse parce le libraire qui m’en a fait cadeau ne l’aurait pas fait sans cela !

faux pic
C’est le portrait par Picasso de Pierre Reverdy lisant publié dans Cravates de Chanvre par les Editions Nord-Sud en 1922.
Last but not least, Il y aura comme l’année dernière ces carnets de travail qui sont des répertoires de motifs pour mes tableaux et mes dessins plus élaborés, carnets assez remarqués l’année dernière. Cette année, il y aura le mastodonte dont Françoise a déjà parlé. Le Grand Livre des Extractions qui contient 405 dessins alternant ou combinant crayons de couleurs, sanguine, gouache, encre, fusain, craie… enfin terminé ! (2005-2012).

livre

logo
CHIC Dessin
du 30 mars au 1er avril 2012

Atelier Richelieu
60, rue de Richelieu
75002 Paris
Métro et Parking : Bourse

Plus de détails par ici

- page 3 de 11 -